Le petit aéroplane


Ô mon bel emmanché, vite déploie tes ailes
Il est temps de gâcher, intraitable hirondelle
Notre douce quiétude si chèrement payée
Par quelque pirouette au-dessus du quartier.
Au-delà des forêts tu pourrais voltiger
Mais bien plus truculent il est de nous frôler
Déversant kérosène sur nos humbles balcons
Quand moult décibels tu parsèmes à foison.
Si d'une sotte loi les voitures sont punies
Pour quelque pollution, tu demeures grandi.
Et bien au-dessus d'elles, mon glorieux imbécile
Tu voleras toujours, intangible débile.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire